Le vol de l’Alouette

Comme vol, j’ai rarement vu chose pareille! Wow!

Une première demie cauchemardesque, rien en attaque, Duval qui cafouille, défensive inexistante, Calvillo qui échappe pour un touché…ayoye…

Petit soubresaut au 3e quart mais l’attaque au sol des Riders qui continue à piétiner l’oiseau…

16 points de retard….Puis…kossé qui s’passe….grosse possession à l’attaque, touché…conversion de 2 points réussie…on croit au miracle….la défensive qui arrête les verts….on revient, on pousse…..TOUCHÉ!!!! 27-25…on DOIT faire le 2 points…ploutch…on foire! Merde, c’est fini….

Ah, la défensive arrête encore les ptits hulks, dégagement…si on peut retourner pas pire, on aura une chance…FUK!!!! Bratton échappe!!! On est repoussé à notre 34!!! On pousse, on gruge, finalement, on se donne une chance….avec 4 secondes, un placement de 44 verges…ça va être dur en maudit de la façon dont Duval joue à swèrrrrre!!! Botté……..TOUT CROCHE!!! Calisse…on l’a échappée…

WAIT!!! MOUCHOIR!!! 13 green giants sur le terrain!!! QUOI?%?!???? Comment ont-ils pu faire une gaffe semblable à 4 secondes à faire en coupe Grey????? Garanti que le coach s’fait foutre dehors….10 YARDS PENALTY!!!

2e chance pour Duval mais maintenant, 34 verges!!! ET VLANNNNNNN EN PLEIN CRISS DE MILIEU!!!!

ALS WIN!!! ALS WIN!!! ALS WIN!!!! 28-27!!! Le vol du siècle mes chers!

LA COUPE À MONTRÉAL!!!   🙂

Publicités

L’oeuvre la plus importante

Mon dernier billet m’a permis de me rappeler, qu’il y a quelques années, la première chaîne de R-C avait organisé une petite enquête absolument pas scientifique mais très intéressante qui visait à connaître l’opinion des auditeurs sur quelle était l’oeuvre musicale la plus importante de l’histoire pour l’humanité.

Attention! Il ne s’agit pas ici de me soumettre vos oeuvres préférées de tous les temps. L’épreuve consiste vraiment à trouver l’oeuvre qui a tellement marqué l’humanité dans son ensemble, qu’elle occuperait une place importante dans un livre qui ferait le tour de toute l’histoire humaine.

Ce n’est pas facile, je vous avertis. Mais j’avais envie de repartir le débat ici puisque les écrits restent mais aussi parce que le public cible est potentiellement d’un plus large éventail que celui de la première chaîne quant aux intérêts musicaux.

Alors, chers namis et lecteurs, dites-moi donc, quelle est, à votre avis, cette oeuvre, la plus importante de l’histoire…et surtout, expliquez-moi pourquoi vous la croyez si importante… Pour ne pas influencer les échanges, je ne vous parlerai pas tout de suite de mon propre choix.

Allez! Lâchez-vous lousse!

Musique vs émotion

Tout d’abord, un merci à notre infirmière blogueuse préférée pour son billet m’ayant donné l’inspiration de celui-ci. Comme quoi même les choses les plus gaga peuvent être inspirantes!  😆

Donc, comme je le disais en réponse à son billet, pour moi, la musique, quelle qu’elle soit, est en lien direct avec les émotions. Il est fréquent pour les gens qui consultent mon iPod ou mieux, mon iTunes, de s’exprimer haut et fort contre un ou plusieurs de mes choix musicaux, particulièrement parce que pour eux, il n’est pas concevable d’aimer à la fois un genre et cet autre, comme par exemple du métal et du classique. Et pourtant mes chers blogueux, je pourrai vous prouver que dans le fourre-tout qu’on appelle aujourd’hui le « rock », le métal est facilement le style musical le plus proche du…classique! Suffit d’écouter le 3e ou 8e mouvement du Sacre du Printemps de Stravinsky ou encore un petit Chostakovitch dégorgé!

Ceci dit, pour vous donner une idée du potentiel diversifié de ma discothèque et non de me pèter des cyber-bretelles, je possède 749 CD originaux (aucune copie…protégeons nos artistes bout d’viarge!).

La musique répond au besoin de se plonger dans l’émotion qui nous traverse, de vivre l’émotion qu’on a envie de vivre à ce moment-là. Certains styles musicaux sont plus ouverts (libres?) et d’autres plus fermés. La pop par exemple est très fermée, par son rythme et ses paroles très majoritairement simples, elle nous oriente généralement tous dans le même sens. Comme je disais dans mon commentaire chez Galadriel, rares seront les personnes qui se mettront à brailler en écoutant LadyGaga. Et je ne dis pas ça en la dénigrant en passant puisque j’ai son album dans mon iTunes.

À l’autre extrême, il y a la musique classique ou simplement instrumentale. Par exemple, pouvez-vous me dire à quoi Rachmaninov pensait quand il a composé son Concerto pour piano #3 ? Moi non plus, et pourtant c’est là une de mes oeuvres classiques fétiches (dont je me suis déjà forcé à apprendre à jouer la première minute…le reste, c’est d’un calibre beaucoup trop virtuose pour moi!) Dans ce style ouvert, même si le compositeur s’inspirait d’une émotion particulière lorsqu’il l’a composée, l’auditeur peut très facilement vivre celle-ci d’une toute autre façon. C’est pourquoi, à mon avis, aucun style musical ne mérite d’être renié automatiquement puisqu’il apporte, à coup sûr, des émotions bien réèlles chez certaines personnes. Mais c’est aussi en cette raison qu’il est difficile de « partager » des oeuvres de style ouvert puisque les émotions de deux personnes face à une telle oeuvre peuvent être diamétralement opposées. Ce qui est très rare avec une oeuvre fermée comme on en trouve énormément dans la pop. C’est exactement pourquoi elle porte cette étiquette d’ailleurs…car toute une salle de concert peut vivre en même temps la même émotion à l’écoute d’une telle pièce.

Voici donc, sans nécessairement me peinturer dans le coin en certifiant que ce sont là mes pièces fétiches pour chaque émotion, des exemples-clés qui me viennent en tête en ce début de nuit du vendredi:

Symphonie #6 « Pastorale » de Beethoven pour me replonger dans une année à la campagne, particulièrement pour un orage électrique au bord du lac comme le décrit admirablement bien le 4e mouvement;

Requiem de Mozart pour vivre un deuil;

Concertos Brandenbourgeois de Bach pour un pique-nique à la campagne;

Adagio d’Albinoni quand je suis mélancolique et que j’ai le goût de brailler;

Hier encore d’Aznavour quand je me sens vieux;

-Loco Locass pour me sentir impliqué;

Sister awake de The Tea Party quand je veux penser à mes vieux chums disparus;

Tie Dye on the Highway de Robert Plant pour rouler vite sur l’autoroute en pleine nuit;

Never as good as the first time de Sade pour repenser à mes nuits d’amour passées (en fait, toute son oeuvre!);

Sunday bloody Sunday de U2 pour danser de façon énergique;

Smells like Teen spirit de Nirvana pour trasher;

Everybody wants to rule the World de Tears for fears pour rouler le toit baissé sur l’autoroute;

Echoes de Pink Floyd pour améliorer le buzz (oh boy, ça fait longtemps ça!);

November rain de Guns & roses pour faire mon solo d’air guitar de 2 minutes;

Free bird de Lynyrd Skynyrd quand je veux me sentir libre de tout;

Never never gonna give ya up de Barry White quand j’me sens cochon! ;

Close to the Edge de Yes quand je veux me replonger dans mes débuts musicaux;

-L’oeuvre complète de Miles Davis pour un repas entre amis;

-Massive attack pour Sophie ;

Illunnut de Taima (Elisapie Isaac) pour brailler en me rappelant mon amour Inuit;

Let’s Groove d’Earth, Wind and Fire pour me mettre su’l party;

Hollier than thou de Metallica quand j’ai le goût de tout pèter;

Spin spin sugar de Sneaker Pimps pour les nuits blanches;

Punk’d de Sander van doorn pour danser sans inhibition toute la nuit;

Funk #49 de James Gang pour me mettre dans le beat d’un début de tournoi;

How soon is now de The Smiths pour les soirées trop arrosées;

You raise me up de Josh Groban pour l’amour idéal mais probablement inatteignable;

Albedo 0.39 de Vangelis pour filer « space »;

No easy way out de Robert Tapper pour m’entraîner;

et finalement,

-l’album No need to argue des Cranberries pour écrire ce billet 🙂

Bon, j’aurais pu continuer toute la nuit avec des exemples mais au fond, j’aurais dû passer à travers toute la musique que je connais…et là, j’aurais peur de devoir y consacrer ce qui me reste de temps à vivre!

Comme vous le constatez certainement, divers styles pour différentes émotions et surtout, beaucoup de souvenirs…car quoi de mieux que des souvenirs pour faire remonter les émotions à fleur de peau.

Bref, l’important avec la musique, n’importe quelle musique, c’est qu’elle vous fasse vivre une ou des émotions…et donc, à ce titre, aucune pièce (et donc style) n’est à rejeter à prime abord pour ce qu’elle est mais plutôt parce qu’elle ne nous fait pas vivre d’émotion que nous avons envie de vivre.

À fusiller #3

***On se calme le pompon de tuque Harvey’s orange et brune là…c’est une expression ok là?***

-Tous ces parents qui donnent des prénoms assez communs à leurs enfants mais qui les écrivent de façon flyée hop la vie et qui se trouvent donc intelligents et créatifs!

Vous ne comprenez pas de quoi je parle? Voyons…je suis certain que vous connaissez au moins une de ces personnes dont le prénom est Anie, Daniaile, Jozée, Patric, Richar, Clèr, Katerinne, Çimon et autres Robèr et Krriissttoff!!!!

À fusiller #2

Ajout à la liste:

-Les gérants d’hôtels de Montréal qui engagent des préposés à la réception unilingues anglophones!!!    👿

« À fusiller » #1

Je commence une nouvelle catégorie ce matin, je l’appelle ma liste de personnes « à fusiller ». Bon bon bon, on se calme le pompon de tuque Harvey’s orange et brune là…c’est une expression ok là?

 

Donc, le premier sur la liste:

-L’inventeur du papier de toilette commercial d’un atome d’épaisseur et rugueux comme un papier sablé #50…j’aimerais ben ça le savoir pogné su’l bol avec 2 feuilles de son osti de papier!!!

La neige, ça presse!!!

Kossééééééé qui s’passe???!?!?!?!?!

26 novembre, pas le moindre petit grain d’or blanc au sol!  😥

Non mais, j’attends juste ça pour m’envoler moi-là!!! Ayez pitié de moi les Jocelyne Blouin, Pascal Yacouvakis et autres miss météo de ce monde! Le pouce droit me démange!    :mrgreen: