Livre: Ma vie au Nunavik (14)

Skidoo-dlidoo

Samedi 19 septembre 1998 : Bon, c’est fait. Je me suis arrangé avec mon père et Contant Skidoo à Laval pour qu’ils me mettent ma nouvelle fusée MxZ jaune sur l’avion le plus tôt possible. Comme le budget est assez limité de ce temps-là, j’ai dû m’en remettre à acheter uniquement un 440 mais ça va faire la job quand même. C’est assez surprenant tout de même, dans un milieu comme celui-ci, que cette petite fusée sera la motoneige la plus rapide du village. Je m’attendais à voir des 700 ou des 800 ici…mais non. Tant mieux, ma réputation de courseur ne s’en portera que mieux!   😉

 

Jacques, le mari de Véro, a également utilisé la même méthode mais il a dû se limiter encore plus : il a mis sur le même avion, un joli petit tape-cul Bravo de Yamaha. Je ne suis pas certain qu’il sache dans quoi il s’embarque…voyez-vous, le Bravo n’a pratiquement aucune suspension, on est assis à 12 pouces du sol pis Jacques doit bien mesurer 6 pieds…il va avoir les genoux dans le guidon, c’est certain! Mais bon, budget oblige, c’est mieux que rien.

 

Ça risque de prendre quelques semaines avant de les recevoir puisque Air Inuit va vouloir les mettre tous les deux dans le même avion et que ça prend pas mal de place. Bon, ya pas encore assez de neige de toute façon alors, on les prendra quand ils arriveront.

 

J’ai hâte!

À suivre…

Publicités

Livre: Ma vie au Nunavik (7)

Mes criss de boîtes

Mardi, 25 août 1998: Et bien finalement! Ça fait 10 jours que je suis ici et je viens juste de recevoir mes boîtes d’effets personnels! Mettons qu’il était temps!

Mais le pire dans tout ça, c’est que j’ai appris de façon assez raide comment ne pas envoyer des boîtes par l’avion. Je me pensais bien fin moi-là en allant chez un grossiste en informatique pour me dénicher des boîtes servant à l’expédition d’ordinateurs de bureau. Vous savez, disons 45x45x45 cm? Je me disais que c’était des boîtes solides et que je pourrais mettre tout mon bazar dans 10 ou 12 boîtes plutôt qu’avoir à me taper une quarantaine de petites boîtes d’épicerie.

Quel con! Ce que j’avais oublié, c’est que les boîtes d’ordinateur sont peut-être solides…mais c’est surtout à cause du styromousse qui s’y trouve! Or, je n’ai évidemment pas laissé ça dedans avant de mettre mes affaires…résultat? Beaucoup d’items de toutes formes et grosseurs dans une grosse boîte, ça laisse de l’espace libre…et en avion, particulièrement chez Air Inuit, les boîtes…elles se font bardasser sur un moyen temps!

Elles sont presque toutes arrivées écrasées, déchirées, mouillées…et plusieurs de mes effets ont été endommagés : bosse sur ma petite télé, magnétoscope foutu, vaisselle cassée, documents papiers déchirés…mettez-en!

Alors, qu’est-ce qu’on a appris là mon Frank? Petites boîtes, livres rigides sur tous les côtés des boîtes pour protéger en cas d’impact, mettre les effets qui ne doivent pas se faire mouiller dans un sac de plastique avant de les mettre dans les boîtes…et surtout…prendre l’assurance « tous risques »!

Me reprendrons pas deux fois les maudits! Surtout que là, j’ai bien pensé à mon affaire et je vais m’acheter un Skidoo à partir du Sud et le faire monter par avion avec ce qui me reste d’allocation d’effets personnels, ça va me coûter beaucoup moins cher que de l’acheter ici surtout qu’ils ont juste des ptits modèles pépères…ça me prend absolument mon MxZ moi-là, autrement j’vais mourir!

À suivre…

Livre: Ma vie au Nunavik (5)

Kangiqsujuamiut-3ième partie

Mardi, 18 août 1998: J’ai parlé à Lukasi pour voir ce que je pourrais faire pour l’Éducation des adultes et il convient de me donner une semaine avant de commencer les cours. D’ailleurs, je dois faire le recrutement avant de pouvoir enseigner car les élèves ne sont pas inscrits. Ça va au moins me donner un peu de jeu pour cette partie de ma tâche.

Petit tour dans la classe de Véronic avant de partir à la maison pour préparer mes cours. Elle semble vivre le même problème au niveau du matériel. Je lui raconte l’histoire des programmes allégés et de Jean. Elle me dit qu’elle n’a pas eu une très bonne première impression de lui non plus. On verra bien.

 

Vue du « terrain de golf », au milieu, vous voyez mon quadruplex (j’habite en haut à gauche) et l’école Arsaniq (ça veut dire Aurores Boréales) juste en arrière.

 

 

Je quitte donc l’école à 18h30 avec mes livres de maths et de sciences pour me lancer dans une belle soirée de préparation…toujours avec ma brosse à dent et mon linge sale puisque je n’ai pas eu le temps d’aller à la Coop pour m’acheter quoi que ce soit et que mes boîtes et Air Inuit jouent toujours à la cachette avec moi.

Ce n’est qu’à 1h00 du matin que je me sens assez à l’aise avec le programme pour pouvoir enseigner au moins une période. On verra demain soir pour le lendemain!

À 9h30 le mercredi, tous les élèves se pointent au gymnase. Tous les profs sont présentés un par un et ils montent dans leur classe avec leurs élèves, qu’ils ont également nommés un par un, ce à quoi ceux-ci ont réagi en riant de bon cœur en raison de la prononciation des ptits nouveaux! Personnellement, n’étant pas titulaire, je n’ai pas eu à faire rire de moi. Finalement, aucun enseignement n’aura lieu aujourd’hui. J’aurais bien aimé le savoir avant mais bon. Il a été décidé que les élèves rencontreraient leurs profs et qu’ils reviendraient demain pour commencer les cours. Je vais donc avec Véronic puisqu’elle est titulaire de mes élèves. Je me présente et leur demande de venir dans ma classe quand ils auront terminé avec elle.

Nous faisons finalement connaissance et je me rends compte que je n’aurais probablement pas fait rire de moi car ma prononciation semble être acceptable aux yeux de mes élèves.

En maths, mes élèves sont Elaisa et Pasha qui feront le programme 314…

Une autre preuve que le monde est petit, Pasha est la sœur de Charlie chez qui j’ai été hébergé pendant mon séjour à Salluit (oui oui, celui qui m’a fait mangé un oeil de phoque!). Elle était très heureuse quand je lui ai dit ça. Ça m’a d’ailleurs permis d’établir un lien avec Pasha dès cet instant.

et les autres seront en 514 soit : Salamiva, Qipitaq, Dallacy, Joanasie et Leah, (ces deux derniers étant les neveu et nièce de Lukasi) Jimmy, Tumasi, Willie (fils d’Annie et Mark) et Naulittuq. Parmi eux, Naulittuq, Qipitaq, Joanasie, Leah, Jimmy et Willie seront aussi avec moi en Sciences Physiques.

Le premier contact est intéressant bien que plutôt court. Malgré tout, je peux déjà tirer certaines conclusions : Joanasie est le clown hyperactif du groupe et Jimmy est le leader négatif. S’il y a un « bully » dans le groupe, c’est lui, sans aucun doute. 

Et bien voilà, c’est un départ! Le premier pas est fait dans ma carrière auprès des Inuit du Nunavik!

À suivre…